-A +A

Mon petit tour au-dessus de Carcassonne

men-2425121_1920.jpg

Marie

Dans carca à vélo...on dépasse les autos !

  • quel est votre métier Wonderwoman

Le petit faon

Toi mon ami, mon vélo

Hier, le Tour de France est arrivé à Carcassonne, déboulant de la Montagne Noire, avec les couleurs chamarrés de son peloton et sa légendaire caravane. La Ville avait bien organisé les choses, nous avons pu les voir sur un assez long trajet. Il faut dire qu’elle a l’habitude, le Tour de France passe régulièrement à Carcassonne, entre le sud du Massif Central et les mythiques cols des Pyrénées.

Carcassonne et ses alentours sont le Pays du vélo !

Le long du canal du midi, bien sûr, mais aussi un ensemble de vallons, montagnes et petits cols que je voudrais vous faire connaître. Des spectacles superbes autour de la Cité médiévale de Carcassonne, au prix d’efforts assez modeste, en somme.

Le label Accueil Vélo est développé à Carcassonne, on peut choisir un hébergement qui sait recevoir le cycliste et sa monture. L’Office Municipal de Tourisme de Carcassonne est aussi labellisé, et prodigue des conseils en plus.

La virée que je vous présente ici a duré 1h30 à 2 heures pour le cycliste occasionnel que je suis. C’est un record facile à battre !

Pour éviter les grosses chaleurs de cette fin juillet, je suis parti vers 8h00 de mon hôtel Carcassonnais pour rejoindre, au sud de la Cité, la D42, en direction de Palaja, à 8km. Dans le village, j’ai suivi la route qui rejoint Fajac-en-Val, par le Col du Poteau, et des pentes régulières de 5 à 6%. Le paysage se déploie au fur et à mesure de la montée, dans ces premiers contreforts des Corbières.

La rencontre

Je croise une voiture à peine, roulant à faible allure, et quatre ou cinq cyclistes. Le trafic est quasi-nul, seule ma respiration s’entend à la ronde.

                                              

Elle n’a pas perturbé un jeune faon abrité dans le bas-côté de la route. Les habitants des lieux sont bien tranquilles !

Le faon se tient immobile, puis broute à nouveau des fleurs de trèfle. Sans le toucher, je vérifie qu’il n’est pas blessé, le photographie, puis le laisse à sa promenade.

A 413 mètres d’altitude, le Col du Poteau s’ouvre sur un double paysage, vers la Montagne Noire et la plaine de Carcassonne, et de l’autre côté sur le bleu des Pyrénées. J’abandonne mon vélo pour monter à la vigie. L’effort est bien payé par un panorama sur 360°.

Basculant dans la descente sur le côté sud, la végétation y est légèrement plus sèche qu’au nord du col, mais elle reste magnifique, très variée.

En bas de vallée, dans le hameau du Mas des Cours, je tourne à droite sur la D60 en direction de Villefloure. Toujours pas de voitures en vue, sauf la camionnette d’un producteur de fromages de chèvres.

La route est sinueuse mais peu pentue ; c’est le fameux « faux plat ». « L’œuf au plat » comme le prononce le champion Laurent Jalabert dans ses commentaires du Tour de France, avec son accent de la Montagne Noire.

Dans Villefloure, il faut tourner à droite sur la D60, et le raidillon est vif. La route revient vite à des pentes plus supportables. La descente enveloppe le Domaine de Gourgounet, remonte encore un peu pour atteindre le Col du Castel et ses senteurs de garrigue.

Les efforts sont quasiment achevés, dans la descente, j’aperçois entre deux pins, au détour de quelques virages, le cours du Ruisseau des Bouteilles. Dans Cazilhac, je reviens sur la D42 et retourne cers la Cité médiévale, profitant de son spectacle permanent.

  • 20180811_121746.jpg
  • 20180811_122103.jpg
  • 20180811_115237.jpg